Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro

Thèmes abordés

L'alcoolisme peut-il réduire les fonctions intellectuelles d'un individu ?

L'alcoolisme peut-il réduire les fonctions intellectuelles d'un individu ?

L’alcool affecte la majorité des organes : le cerveau est l’un des plus touchés. L’alcool y entraîne des atteintes physiologiques importantes, avec de multiples symptômes associés. Une consommation excessive d'alcool a des effets négatifs sur le cerveau pouvant aller jusqu'à modifier celui-ci (lésions) et perturber son fonctionnement (modifications dans les processus chimiques et moléculaires). Ces perturbations peuvent provoquer des troubles de la mémoire importants et peuvent même conduire à de véritables démences.

Vous aimez cet article ?

Atteintes cérébrales

L'alcool passe directement du tube digestif aux vaisseaux sanguins.? Il atteint le cerveau en quelques minutes via la circulation sanguine. C’est une substance anesthésiante qui agit donc comme narcotique sur les cellules du cerveau, ce qui a pour effet un ralentissement de la communication entre les neurones. De plus, les cellules du cerveau vont aussi fonctionner différemment. À terme, certaines cellules du cerveau vont aussi disparaître, c'est ce que l'on appelle la "perte de tissu cérébral". Elle s'observe clairement à partir d'une consommation journalière de 6 verres d'alcool et est due à la toxicité de l'alcool qui vient détruire les cellules cérébrales. De ce fait, le volume du cerveau rétrécit quand on consomme de l'alcool avec excès pendant des années. Le volume du cerveau peut ainsi diminuer de 10 à 15 % chez les très gros buveurs après 10 à 15 ans.

L'alcool agit considérablement sur le cortex frontal (partie frontale du cerveau). Or, celui-ci commande la maîtrise de soi et le comportement en société, ainsi que les actions ciblées, le raisonnement et la résolution de problèmes. Les dommages causés au cortex frontal entraînent donc une baisse des capacités intellectuelles. Par ailleurs, une moins bonne maîtrise de soi accentue les risques de réactions impulsives et réduit l'action de freins naturels (par exemple pour stopper l'envie de boire). Et les souvenirs ne passent plus non plus de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme, à cause, entre autres, de l'action de l'alcool sur l'hippocampe. Ce sont les black-out. Le fonctionnement de la mémoire subit souvent de plein fouet les effets d'une consommation de longue durée.?

alcoolisme

Problèmes physiologiques

L'alcool passe directement du tube digestif aux vaisseaux sanguins.? Il atteint le cerveau en quelques minutes via la circulation sanguine. L’alcool a plusieurs effets sur les neurones tels que la diminution de l’activité neuronale. Cet effet explique l’effet sédatif de l’alcool.

Le cerveau a besoin de vitamines B1 et PP pour son bon fonctionnement. Or, l’alcoolisation chronique entraîne des carences dans ces deux vitamines. La vitamine B1 régule l’assimilation des glucides (source d’énergie) dans le neurone. La vitamine PP y intervient dans la respiration cellulaire. ?Leur absence ou carence provoque une dégénérescence du neurone qui va finir par être détruit. Cette atteinte cérébrale est irréversible. Les capacités intellectuelles sont définitivement amoindries.

Les jeunes adolescents sont encore bien plus exposés, car les dégâts occasionnés par des alcoolisations trop massives vont significativement perturber la croissance et le développement de leur cerveau.

Bon à savoir

Comme pour beaucoup de choses, l’alcool est une question de dosages ! Certaines études  démontrent le rôle bénéfique d’une consommation modérée d’alcool dans le fonctionnement cognitif. Parmi les effets bénéfiques d’une consommation légère ou modérée on observe l’amélioration de certaines performances cognitives (résolution de problèmes, mémoire a? court terme), avec un effet facilitant limite? a? la période de consommation. D’autres effets comme une réduction de la réponse physiologique au stress, une amélioration de l’expression des affects et une diminution des symptômes dépressifs étaient également observés. L’alcool n’est pas à interdire, surtout dans un cadre festif, mais à consommer avec modération !

Vous aimez cet article ?

Nos conseils santé ne remplacent en aucun cas la consultation médicale. Seul un spécialiste peut établir un diagnostic et cela au cas par cas. Cependant nos conseils vous guideront vers le bon praticien.

Annuaires spécialisés

  • dentiste
  • psychologue
© 2010-2013 Allo-Médecins | CGU | Mentions légales | Numéros d'urgence | Départements | Presse | Sites partenaires | Liens partenaires | Contact
Allo-Medecins est une marque du groupe Allo-Média.
allo media