Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro
Un psychologue peut-il m'aider à combattre mes phobies ?

Un psychologue peut-il m'aider à combattre mes phobies ?

Une phobie est définie par une peur irrationnelle d’un stimulus n’ayant en soit pas un caractère dangereux. De nature et d’intensité très diverses, les phobies affectent selon les études scientifiques un peu moins de 10 % de la population. Voyons ensemble la différence entre une peur dite "normale" et une phobie, ainsi que la place du psychologue au sein de sa prise en charge.

Vous aimez cet article ?

Quelle est la différence entre peur et phobie ?

L’aspect irrationnel de la phobie est sans aucun doute l’élément clef. Il va conduire un comportement particulier, qualifié de "conduite d’évitement" qui va pousser le malade à éviter absolument toute situation qui pourrait l’exposer au stimulus caractérisant sa phobie. Lorsque le patient est mis en contact avec ce stimulus, la réaction va être totalement disproportionnée, pouvant aller jusqu’à la panique totale, altérant fortement la qualité de vie.

Le stimulus peut être caractéristique d’une phobie. Il est en général non dangereux en lui-même, et les phobies peuvent alors porter sur quasiment n’importe quoi, donnant parfois des situations ubuesques. Ainsi, en dehors des bien connues arachnophobie ou agoraphobie (respectivement, peur des araignées et de la foule), on peut citer comme exemple l’arachibutyrophobie (peur d’avoir du beurre de cacahuète collé dans le palais) ou encore la phobophobie (la peur d’avoir peur).

Attention cependant, il existe certaines phobies n’ayant aucune origine psychiatrique. Ainsi, la photophobie et la phonophobie (ne pas supporter la lumière ou le bruit) sont des signes fréquemment rencontrés dans les méningites.

Comment un psychologue peut-il m’aider à prendre en charge ma phobie ?

Le psychologue est un acteur central de cette prise en charge. Par le biais d’un outil appelé thérapie cognitivo-comportementale, disponible en cabinet privé et en centre hospitalier, le psychologue va chercher à isoler les mécanismes amenant à cette peur irrationnelle. Par des phases de dialogues, de jeux de rôles et d’échanges lors de séance d’une durée approximative d’une heure, le praticien vous fera travailler sur le stimulus phobogène, afin que la pensée et l’évocation de celui-ci ne soient plus sources d’angoisses.

Dans un second temps, le psychologue vous mettra en contact avec le stimulus. Bien sûr, cette exposition se fera de manière mesurée, contrôlée, et progressive, avec votre accord. Le but est alors de vous apprendre à maîtriser cette peur et à adopter des postures adéquates de contrôle, le tout sans se forcer. La prise en charge se déroule habituellement sur quelques mois, par paliers progressifs.

phobie

Bon à savoir

La phase de mise en contact avec le stimulus phobogène est la plus redoutée par les patients. Pourtant, effectuée par un professionnel, elle se déroule de manière très progressive, adaptée à chacun. Un début de mise en situation peut par exemple se faire via des photographies d’araignées, dans le cas de l’arachnophobie. Bien sûr, il n’est pas question de faire courir une araignée sur votre corps pour vous soigner !

Vous aimez cet article ?

Nos conseils santé ne remplacent en aucun cas la consultation médicale. Seul un spécialiste peut établir un diagnostic et cela au cas par cas. Cependant nos conseils vous guideront vers le bon praticien.

Annuaires spécialisés

  • dentiste
  • psychologue
© 2010-2013 Allo-Médecins | CGU | Mentions légales | Numéros d'urgence | Départements | Presse | Sites partenaires | Liens partenaires | Contact
Allo-Medecins est une marque du groupe Allo-Média.
allo media