Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro

Thèmes abordés

Quels sont les facteurs de risque du cancer de la prostate ?

Quels sont les facteurs de risque du cancer de la prostate ?

À ce jour, le cancer de la prostate est la forme de cancer qui touche le plus les hommes. Selon des chiffres de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), près de 71 500 nouveaux cas de cancer de la prostate ont été décelés en France au cours de l'année 2010. Les origines et facteurs de risque de cette maladie constituent donc assez logiquement une source d'interrogation majeure dans notre société.

Vous aimez cet article ?

Le facteur familial a son importance

Différentes études ont déterminé trois formes de cancer de la prostate, distinguées par les antécédents familiaux des personnes atteintes de cette maladie. Figurent dans ce classement la forme sporadique, la forme familiale et la forme héréditaire.

La forme sporadique est sans aucun doute la plus répandue puisqu'elle concerne près de trois quarts des personnes atteintes d'un cancer de la prostate. Cette forme sporadique désigne les cancers qui surviennent sans que la génétique ou les antécédents familiaux aient la moindre influence.

D'après l'Institut national du cancer (INCa), la forme familiale concerne environ 20 % des cancers de la prostate recensés en France. On parle de forme familiale dès lors que deux cas ont été détectés dans la famille, qu'il s'agisse de parents au premier degré (père, frère) ou au second degré (grand-père, oncle).

La forme héréditaire est à l'heure actuelle la moins répandue. Toujours selon les chiffres de l'INCa, elle ne représenterait pas plus de 5 % des cas de cancer de la prostate recensés. On peut parler de forme héréditaire lorsque trois cas ont été observés chez des proches du premier ou du second degré, mais aussi lorsque deux membres de votre famille se sont vus diagnostiquer un cancer de la prostate avant l'âge de 55 ans.

D'autres facteurs de risque sont à prendre en compte

En dehors des antécédents familiaux, les urologues considèrent qu'il existe d'autres éléments avec une réelle incidence sur le développement d'un cancer de la prostate. Si vous ne pouvez malheureusement rien faire pour certains des facteurs en question, vous avez la possibilité d'agir pour les autres, afin de limiter vos risques de cancer.

L'âge est évidemment le principal facteur de risque pour cette maladie. En effet, les différents instituts de recherche médicale révèlent que le risque de cancer de la prostate est fortement accru pour les personnes âgées de 60 ans et plus. L'Inserm révèle que l'âge moyen de diagnostic d'un cancer de la prostate était de 71 ans en 2010.

Il existe un autre facteur de risque sur lequel vous n'avez pas d'influence : vos origines géographiques. Selon les nombreuses études effectuées dans ce sens, les personnes ayant des origines afro-antillaises seraient plus susceptibles de souffrir d'un cancer de la prostate que les Américains ou Européens. Ces derniers seraient par ailleurs plus menacés par cette maladie que les Asiatiques, où le cancer de la prostate est moins présent.

Enfin, votre alimentation peut avoir des conséquences sur le développement d'un cancer de la prostate, ce que les spécialistes en urologie ne manqueront pas de vous signaler si vous vous adressez à eux. Parmi les aliments susceptibles de favoriser l'apparition d'un cancer de la prostate, retenez principalement la forte consommation de viandes transformées (charcuterie, bacon, saucisses, etc.) et de viandes rouges lorsque celles-ci présentent une forte teneur en graisse.

Bon à savoir

Le tabagisme n'est pas conseillé pour les personnes atteintes d'un cancer de la prostate. En effet, si cette dépendance n'est pour l'heure pas officiellement considérée comme un facteur de risque pour cette maladie, elle peut toutefois avoir un certain impact sur vos chances de guérison.

Les spécialistes en urologie recommandent une stricte prévention afin de limiter vos risques de cancer. Les professionnels de santé recommandent vivement aux hommes de procéder à un dépistage à l'âge de 50 ans, puis de prendre rendez-vous tous les ans pour une visite de contrôle.

Vous aimez cet article ?

Nos conseils santé ne remplacent en aucun cas la consultation médicale. Seul un spécialiste peut établir un diagnostic et cela au cas par cas. Cependant nos conseils vous guideront vers le bon praticien.

Annuaires spécialisés

  • dentiste
  • psychologue
© 2010-2013 Allo-Médecins | CGU | Mentions légales | Numéros d'urgence | Départements | Presse | Sites partenaires | Liens partenaires | Contact
Allo-Medecins est une marque du groupe Allo-Média.
allo media