Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro
Le sevrage du tabac peut-il être dangereux pour certains patients ?

Le sevrage du tabac peut-il être dangereux pour certains patients ?

On le sait plus que jamais aujourd’hui, fumer tue ! Ou plutôt fumer peut tuer selon la consommation. Les bénéfices de l'arrêt du tabac sont multiples : la peau retrouve son éclat, le souffle est restauré, les risques d'impuissance sont réduits. Néanmoins, se débarrasser de la cigarette n’est pas si facile et en période de manque, des phénomènes d’irritation et d’anxiété sont courants. De même, des problèmes digestifs et des douleurs musculaires peuvent survenir. 

Vous aimez cet article ?

Arrêter de fumer ? Irritabilité et sentiment de manque

On vous le répète à longueur d'années, arrêter de fumer c'est bon pour la santé. Au niveau cardiovasculaire, une année d'abstinence suffit à réduire de moitié le risque d'événement coronaire. Plus vous êtes jeune, plus les bénéfices de l'arrêt du tabac sont importants. Ainsi, éteindre sa dernière cigarette avant ses 40 ans permet de retrouver son espérance de vie initiale. Néanmoins, Il n'est ainsi pas rare que les ex-fumeurs soient irascibles, agressent leur entourage ou se plaignent de fatigue. Le cerveau s’accoutume à la dépendance chimique à la nicotine. Au moment du sevrage la baisse rapide du taux de nicotine dans le sang est perçue comme un changement anormal, et le cerveau alerte la personne en éveillant en elle de forts besoins de fumer pendant environ trois jours. Au delà de ce délai, alors qu’il n’y a plus de nicotine dans le sang, la nicotine stockée dans la myéline des neurones laisse subsister des envies de fumer, généralement plus légères.

Une violence infligée au cerveau

Peuvent apparaître des problèmes de vertiges, des difficultés de concentration, de fébrilité et de maux de tête. En fumant nous respirons plus de 300 % de monoxyde de carbone et ce gaz toxique réduit dans le sang la place réservée à l’oxygène. De par la soudaineté de l’arrêt tabagique la dissolution du monoxyde de carbone tend à déterminer un effet de sur-oxygénation du cerveau, comme si l’on chutait d’une hauteur de 2 500 mètres... Les maux de tête sont encore accentués par le ralentissement cardiaque des premiers jours qui fait baisser la pression sanguine dans le cerveau.

stop au tabac

Faim, fatigue et toux

Ne plus fumer modifie souvent l’appétit. Mais le corps ralentit aussi la combustion des graisses. L’organisme, dépourvu d’une substance agressive contre laquelle il devait sans cesse lutter, profite de ce moment de répit, provoquant fatigue systématique et manque d’énergie. On se sent exténué. Le système digestif quant à lui ralentit ses fonctions et il advient souvent que l’on tousse encore plus, juste après avoir supprimé le tabac. En effet, les cils vibratiles étant paralysés par la fumée, ils se remettent en marche au moment du sevrage et le processus de nettoyage des bronches se réactive, allant jusqu’à intensifier la toux pour accélérer le décrassage. Les émissions d’urine sont généralement plus abondantes sitôt que l’on s’abstient de fumer. Le phénomène chimique en cause est la perturbation de la production de vasopressine, une hormone qui agit sur le travail des reins.

Notre conseil

Pour limiter l'apparition de tous ces phénomènes d'humeur, mieux vaut ne pas choisir une période d'intense activité professionnelle ou si vous avez des problèmes personnels ou vous vous sentez fragile. Préférez un moment calme comme les vacances. Parlez de votre projet à vos proches, renseignez-vous sur les consultations de sevrage tabagique comme il en existe aujourd'hui dans de nombreux hôpitaux. Grâce à des techniques de psychothérapie de groupe comportementale et cognitive, vous aurez plus de chances de réussir votre tentative et vous supporterez mieux les inconvénients inéluctables du sevrage.

Retrouvez les conseils de Richard Sartene, tabacologue, pour réussir votre sevrage tabagique.

Vous aimez cet article ?

Nos conseils santé ne remplacent en aucun cas la consultation médicale. Seul un spécialiste peut établir un diagnostic et cela au cas par cas. Cependant nos conseils vous guideront vers le bon praticien.

Annuaires spécialisés

  • dentiste
  • psychologue
© 2010-2013 Allo-Médecins | CGU | Mentions légales | Numéros d'urgence | Départements | Presse | Sites partenaires | Liens partenaires | Contact
Allo-Medecins est une marque du groupe Allo-Média.
allo media