Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro
/ / Service sanitaire, un défi séduisant mais un résultat mitigé

Service sanitaire, un défi séduisant mais un résultat mitigé

Rédigé par , le 12 juin 2019 à 11h39

Vous aimez cet article ?
Les étudiants en santé sollicités pour effectuer le service sanitaire.

Les étudiants en santé sollicités pour effectuer le service sanitaire.

Mis en place depuis la rentrée 2018, le service sanitaire de santé est annoncé comme un défi séduisant. Pour les 47 000 futurs professionnels de santé, il s’agit de participer à des actions de prévention auprès de la population, surtout en milieu scolaire. Il n’allonge pas la durée des études.

Une grande diversité de programmes selon des modalités variées

Le service sanitaire de santé consiste à faire de la prévention, principalement dans les collèges, les lycées et les universités. Les interventions peuvent s’étendre aux maisons de retraite et aux structures médico-sociales, mais également aux entreprises et dans les prisons. Avec l’aide de personnes relais, les ateliers sont organisés et conduits par des étudiants des filières médicales et paramédicales.

L’objectif principal est de promouvoir les comportements favorables à la santé et de pallier au manque d’informations. Dans le cadre de leur service, les étudiants se penchent sur les grands enjeux de santé publique et proposent des solutions de prévention. Plusieurs thématiques sont traitées comme la santé sexuelle et affective, les addictions, l’alimentation, l’activité physique et sportive, etc.

Pour l’Etat, la prévention revêt une importance stratégique sur le plan économique. L’alcool et le tabac coûtent respectivement 25 et 26,6 milliards d’euros par an, tandis que l’obésité pèse plus de 20 milliards d’euros. Compte tenu des enjeux, les étudiants ont reçu au préalable une formation de 20 heures et appris à porter un message de prévention.

Une expérience positive malgré les quelques réticences des étudiants

Au départ, la mise en place du service sanitaire de santé ne faisait pas l’unanimité auprès des étudiants. Néanmoins, l’expérience semble bénéfique dans son ensemble. Pour beaucoup, les actions sont jugées intéressantes et relèvent du concret. En effet, la prévention est un sujet qui est peu abordé tout au long de leur cursus. Or, il s’agit d’une composante fondamentale.

Cependant, il est primordial de faire attention aux effets contre-productifs. En dépit de bonnes intentions, des actions de prévention mal préparées et menées de manière inadéquate peuvent au contraire favoriser différents comportements à risque comme la consommation d’alcool, de tabac et de drogues. Les intervenants doivent être capables de gérer les dynamiques de groupe et les leaders dans une classe.

Malheureusement, une évaluation de la qualité des interventions menées à Bordeaux confirme ces craintes. Les résultats font état d’actions ponctuelles de deux heures, et non fondées sur le savoir-faire. Par ailleurs, les intervenants ont manqué d’encadrement. Le ministère de la Santé doit également sortir du système D pour répondre aux véritables défis de la prévention.

Vous aimez cet article ?
L'auteur
La Rédaction

La Rédaction

Rédacteur

commentaires

© 2010-2013 Allo-Médecins | CGU | Mentions légales | Numéros d'urgence | Départements | Presse | Sites partenaires | Liens partenaires | Contact
Allo-Medecins est une marque du groupe Allo-Média.
allo media