Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro
/ / Tout connaître des accidents vasculaires cérébraux

Tout connaître des accidents vasculaires cérébraux

Rédigé par , le 09 juillet 2018 à 11h28

Vous aimez cet article ?
Accident vasculaire cérébral

Accident vasculaire cérébral

D’après Santé Publique France, 150 000 personnes sont victimes chaque année d’un accident vasculaire cérébral. Environ 20% en meurent, ce qui fait de l’AVC une des premières causes de mortalité en France. Or, plus de 30% des Français affirment n’avoir qu’une idée vague de ce qu’est un accident vasculaire cérébral.

Des causes multiples et des séquelles de gravité variable

Un accident vasculaire cérébral désigne une défaillance de la circulation du sang qui engendre un arrêt soudain de l’irrigation sanguine du cerveau et une privation d’oxygène dans les zones cérébrales affectées. Il s’agit d’une urgence médicale. La rapidité de la prise en charge influe directement sur l’issue d’un AVC. Chaque minute de perdue peut laisser des séquelles graves ou causer la mort.

Connaître les symptômes d’un accident vasculaire cérébral revêt ainsi une importance vitale. VITE, campagne d’information sur l’AVC, facilite leur mémorisation. VITE est l’acronyme de Visage paralysé, Inertie d’un membre, Trouble de la parole et En urgence. Dès l’apparition de l’un de ces signes, il convient d’appeler le 15 dans les plus brefs délais.

Deux mécanismes sont susceptibles de provoquer un accident vasculaire cérébral. Dans 80% des cas, un AVC survient suite à la formation d’un « bouchon » dans une artère. Pour le reste, la rupture d’un vaisseau sanguin à l’origine d’une hémorragie dans le cerveau est en cause. Le sexe, l’âge et l’hygiène de vie font partie des facteurs de risque.

Des mesures de prévention et des traitements médicaux

Faire surveiller sa tension artérielle par un médecin reste la première mesure de prévention à adopter pour éviter un accident vasculaire cérébral. Pourtant, 50% des Français qui souffrent d’hypertension artérielle ignorent qu’ils sont hypertendus. Il est également possible d’agir sur les facteurs tels que le tabagisme, l’alcoolisme, l’alimentation, etc. De même, une demi-heure d’activité physique par jour est recommandée.

En matière de traitement, le choix dépend de la nature exacte de l’affection et de sa gravité. Avant de chercher le type d’AVC, le médecin administre un thrombolytique au patient pour dissoudre d’éventuels caillots dans les artères. Après un examen d’imagerie cérébrale, des médicaments sont prescrits afin d’atténuer les symptômes et de prévenir les récidives comme les anticoagulants et les antihypertenseurs.

Il existe également des chirurgies dites préventives. Dans le cas d’un AVC dû à la formation d’un caillot, le médecin injecte de l’altéplase dans une veine, puis le médicament directement au contact du caillot. Dans le cas d’un AVC causé par une rupture d’anévrisme, le chirurgien réalise une embolisation pour boucher définitivement l’artère.

Vous aimez cet article ?
L'auteur
La Rédaction

La Rédaction

Rédacteur

commentaires

© 2010-2013 Allo-Médecins | CGU | Mentions légales | Numéros d'urgence | Départements | Presse | Sites partenaires | Liens partenaires | Contact
Allo-Medecins est une marque du groupe Allo-Média.
allo media