Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro
/ / L’opération Mois sans alcool organisée sans l’Etat

L’opération Mois sans alcool organisée sans l’Etat

Rédigé par , le 05 décembre 2019 à 11h01

Vous aimez cet article ?
Se passer d'alcool pendant un mois est bon pour la santé et permet de limiter les comportements à risque.

Se passer d'alcool pendant un mois est bon pour la santé et permet de limiter les comportements à risque.

L’alcool est responsable de l’une des addictions les plus sévères. Ses conséquences sanitaires et sociales sont nombreuses. En France, l’alcool est à l’origine de plus de 40 000 décès par an. Pourtant, il est le grand oublié du plan d’addiction 2018-2022. Même le mois sans alcool sera organisé sans l’Etat.

Dry january, un mois sans boire et du répit pour le corps

Le Dry january ou janvier au sec est un concept venu de Grande-Bretagne. Il consiste à passer le premier mois de l’année sans consommer la moindre goutte d’alcool. L’objectif est d’offrir du répit à son corps pour lui permettre de se régénérer après les excès des fêtes de fin d’année. Les bénéfices perdurent au-delà de janvier.

Selon une étude menée par un chercheur de l’Université du Sussex, en Angleterre, un mois de sobriété a des bienfaits sur la santé et le bien-être. Ayant suivi 1 700 participants, il a constaté un regain d’énergie et une meilleure concentration. Les 31 jours d’abstinence améliorent aussi la qualité du sommeil, de la peau et la maitrise de la consommation.

En 2020, l’opération sera organisée par des associations, mais sans le soutien de l’Etat, qui a décidé de renoncer sous la pression du lobby de l’alcool. Ainsi, elles ont décidé de s’unir et de promouvoir l’évènement avec Alcool Change UK. Le Mois sans alcool est l’occasion de faire le point sur la place de l’alcool dans votre quotidien.

Janvier au sec, un projet non validé par le ministère de la Santé

Le Mois sans alcool se décline sur le site dédié à la campagne et les réseaux sociaux. Parmi les associations signataires figurent entre autres la Ligue contre le cancer, le Fonds Actions Addictions, les associations d’addictologues et les associations de patients. A ce jour, Santé publique France n’a pas fait d’annonce officielle concernant cette campagne de sensibilisation aux risques de l’alcool.

Une source interne à l’agence a affirmé que le projet a bien été préparé pour un lancement en janvier. Cependant, l’idée d’un Janvier au sec sous l’égide de l’Etat se heurte depuis plusieurs semaines à l’opposition du lobby de l’alcool. De son côté, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, assure que l’évènement ne lui a pas été proposé.

Face à l’inaction et la position ambigüe des pouvoirs publics, France Assos Santé a adressé une lettre à Emmanuel Macron pour lui demander de clarifier sa position. Le 20 novembre dernier, Maxime Toubart, coprésident du Comité Champagne, a fait savoir qu’il n’y aura pas de Mois sans alcool selon le président de la République lui-même.

Vous aimez cet article ?
L'auteur
La Rédaction

La Rédaction

Rédacteur

commentaires