Suggestions

Spécialités les plus consultées

Suggestions

Choisissez une région

Espace Pro
/ / Des ressemblances frappantes entre l'activité cérébrale des toxicomanes et celle des accros au sexe

Des ressemblances frappantes entre l'activité cérébrale des toxicomanes et celle des accros au sexe

Rédigé par , le 18 juillet 2014 à 11h00

Vous aimez cet article ?
addiction ressemblances activité cérébrale toxicomanes accros au sexe cambridge

Une étude publiée dans la revue PlosOne montre qu’il existe de nombreuses similitudes entre la toxicomanie et l'addiction sexuelle. Dans les deux cas, les sujets présentent le même rapport au désir et le même schéma de comportement et d’activité cérébrale. 

Environ 1 adulte sur 25, dont 80% d’hommes, souffre de comportements sexuels compulsifs. Cette addiction se manifeste notamment par une consommation excessive de pornographie.

19 hommes diagnostiqués comme sex-addicts et 19 hommes sains ont participé à cette étude menée au Département de Psychiatrie de l'Université de Cambridge. Les chercheurs ont étudié grâce à l'Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf) le cerveau des deux groupes pendant qu’ils visionnaient deux types de vidéos : soit des vidéos à caractère pornographique, soit des vidéos de sport ; les personnes visionnant les vidéos de sport agissant comme groupe-témoin pour comparer l’effet de la pornographie sur le cerveau. Les chercheurs ont ainsi constaté que la pornographie produisait les mêmes effets sur le cerveau des personnes dépendantes au sexe que la drogue sur les personnes toxicomanes.

Même activité cérébrale

Trois régions cérébrales étaient activées à la fois chez les sex-addicts visionnant des videos pornographiques, et chez les toxicomanes prenant leur drogue… : le striatum ventral, la zone impliquée dans la motivation et la récompense, le cortex cingulaire antérieur dorsal qui s'active lors de l'anticipation de la récompense, et l'amygdale, une structure cérébrale essentielle au décodage des émotions.

Un besoin plus qu’un plaisir

Autre similitude : les sex-addicts, en visionnant les vidéos pornographiques, éprouveraient plus de désir que de plaisir, de la même façon que les toxicocames recherchent leur drogue parce qu’ils en ont besoin plus que parce qu’elle leur procure du plaisir.

Une corrélation entre l’activité cérébrale et l’âge

Les chercheurs ont aussi relevé une corrélation entre l’âge et l’activité cérébrale des sujets visionnant les vidéos à caractère pornographique. Plus le sujet était jeune, plus l'activité du striatum ventral était importante. Cette zone étant impliquée dans le contrôle de l’impulsivité et la prise de risque, ces résultats suggèrent que le striatum ventral pourrait avoir un rôle majeur dans le développement de comportements sexuels compulsifs.

Le Dr Valerie Voon, co-auteur de l'étude, résume ainsi les résultats obtenus : "Il existe des différences claires dans l'activité cérébrale entre les patients qui ont un comportement sexuel compulsif et des volontaires sains. Ces différences reflètent celles des toxicomanes". Elle précise également la nécessité de poursuivre les recherches pour étudier plus précisément le fonctionnement de la dépendance au sexe.

Vous aimez cet article ?
L'auteur
Marie Penavayre

Marie Penavayre

Rédactrice

commentaires

© 2010-2013 Allo-Médecins | CGU | Mentions légales | Numéros d'urgence | Départements | Presse | Sites partenaires | Liens partenaires | Contact
Allo-Medecins est une marque du groupe Allo-Média.
allo media